Infos

Prolexic évoque l’augmentation des menaces DDoS par démultiplication SSDP

Le groupe de réaction face aux incidents DDoS (Prolexic SERT, PLXsert) qui fonctionne au sein d’Akamai a diffusé un bulletin d’informations qui met les utilisateurs en garde contre une nouvelle menace d’attaques à l’aide de périphériques qui utilisent la sélection de protocoles réseau UPnP. Il convient de signaler que l’élément clé de la norme UPnP est le protocole SSDP qui définit le mécanisme de découverte des service ; ce service est activé sur des millions de périphériques chez des particuliers ou dans des entreprises et il est utilisé dans ce cas-ci par les auteurs d’attaques DDoS.

Stuart Scholly, premier vice-président de responsable du département sécurité d’Akamai Technologies signale que "les individus malintentionnés utilisent ce vecteur pour lancer de puissantes attaques DDoS. Le nombre de périphériques UPnP qui peuvent fonctionner en tant que réflecteurs ouverts est énorme et bon nombre d’entre eux se connectent à Internet depuis des réseaux domestiques, ce qui complique l’application de correctifs. Pour réduire et maîtriser cette menace, nous devons compter sur l’intervention active des développeurs de micrologiciels, d’applications et de matériel". D’après l’expert, il faut s’attendre prochainement à de nouvelles avancées dans cette technique DDoS.

C’est en juillet que PLXsert a identifié les premiers cas d’utilisation de périphériques UPnP en tant qu’intermédiaire de démultiplication et de réflexion du trafic ; par la suite, les experts ont détecté sur Internet 4,1 millions de routeurs, serveurs multimédia, webcams, téléviseurs intelligents, imprimantes et autres périphériques qui pourraient être utilisés par des auteurs d’attaques DDoS. D’après les estimations de Prolexic, cela représente environ 38 % de l’ensemble des périphériques UPnP utilisés à travers le monde. La Corée du Sud compte le plus grand nombre de périphériques UPnP exposés aux abus. Ces périphériques sont également nombreux aux Etats-Unis, au Canada, en Chine, en Argentine et au Japon.

D’après les données de Prolexic, les cibles des attaques SSDP sont des plus diverses. A l’heure actuelle cette catégorie d’attaque a été recensée dans le secteur des divertissements (28,6 % des attaques), dans les services de paiement (21,4 %), dans le domaine de l’éducation (21,4 %) dans les média (14,3 %) et dans le secteur hôtelier. La plus puissante de ces attaques DDoS par démultiplication SSDP à laquelle Prolexic a du réagir a atteint un pic de 54 Gbits/s et de 18 Mpps (millions de paquets par seconde).

Dans son bulletin d’informations, PLXsert décrit étape par étape le déroulement de l’attaque de preuve de concept que les chercheurs ont reproduit en laboratoire, avec une démultiplication de 33 %. Ils examinent également deux scripts Python qui utilisent itw pour rechercher les périphériques qui peuvent être exploités dans des attaques DDoS par démultiplication SSDP.

Arbor Networks, autre spécialiste de la protection contre les attaques DDoS, avait également signalé récemment la menace des attaques SSDP. Le rapport intégral de Prolexic est disponible sur le site de la société (enregistrement requis).

http://www.akamai.com/html/about/press/releases/2014/press-101514-2.html

Prolexic évoque l’augmentation des menaces DDoS par démultiplication SSDP

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception