Infos

MS purge les bloqueurs en Europe

En novembre Microsoft a ajouté à la base du MRST (Malicious Software Removal Tool, outil de suppression de logiciels malveillants) les définitionsde Win32/Weelsof, une famille de chevaux de Troie de blocage actifs en Europe de l’Ouest et aux Etats-Unis.

Weelsof se propage à l’aide d’attaques par téléchargement à la dérobée ou à l’aide d’un paquet de codes d’exploitation et de iframe malveillants. Une fois exécuté, il détermine la version du système d’exploitation et crée une copie avec un nom aléatoire dans le dossier %APPDATA% ou %windir%. Ensuite, il modifie les entrées de la base de registres afin de garantir l’exécution de sa copie à chaque démarrage de Windows (y compris en mode sans échec). Pour conclure, il se connecte à un hôte distant via le port 80 et charge une page reprenant des instructions de paiement, les données sur l’emplacement géographique et l’adresse IP de l’ordinateur infecté.

Weelsof passe ensuite à l’exécution de son programme principal : il bloque l’accès au Bureau et affiche en plein écran une page présentant un faux message des autorités judiciaires locales relatif à la découverte de contenu piraté sur l’ordinateur. Le « contrevenant » est invité à payer l’amende dans les plus brefs délais afin de pouvoir recommencer à utiliser son ordinateur. D’après les experts, la structure de la page produite par le programme malveillant change à intervalle régulier afin d’éviter la détection. Le paiement de la somme exigée ne résout pas toujours le problème et par conséquent il est conseillé de ne pas céder aux exigences des escrocs.

La version actualisée de MRST s’est lancée avec entrain dans un processus de suppression de Weelsof et à la fin du mois de novembre, le nombre de détections enregistré par les solutions de protection de Microsoft avait diminué de moitié. Un nombre important d’infections locales de Weelsof a été recensé aux Etats-Unis et en Allemagne (19 % de la population générale), ainsi qu’en France (15 %), en Grande-Bretagne (12 %) et aux Pays-Bas (8 %).

Source :

MS purge les bloqueurs en Europe

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception