Infos

Microsoft a évalué le risque sur Internet en Europe de l’Ouest

Microsoft a évalué le risque sur Internet en Europe de l’Ouest

Les experts de Microsoft ont éttabli la répartition géographique des menaces réseau dans l’Union européenne au 4e trimestre 2012. L’analyse repose sur les données relatives aux sites infectés, aux sites de phishing et aux sites d’attaques par téléchargement à la dérobée publiées dans le 14evolume du SIR (Security Intelligence Report, juillet-décembre 2012) ainsi que sur les données de rapports antérieurs de la société. Les statistiques relatives aux ressources dangereuses par pays sont présentées sous la forme d’indice pour 1 000 hôtes Internet analysés.

D’après les données de Microsoft, la répartition des sites malveillants entre les 27 pays européens est inégale. En règle générale, il s’agit de ressources légitimes qui ont été compromises par des individus intentionnés afin de pouvoir diffuser leurs fichiers malveillants. Dans l’ensemble, la concentration de sites infectés dans de nombreux pays européens est inférieure aux chiffres mondiaux où le niveau d’infection, à la fin du 4e trimestre 2012, était de 10,85 pour 1 000 Le Brésil, le Venezuela et la Chine forment le trio de tête mondial en matière de concentration de menaces sur Internet. Dans l’Union européenne, l’indice statistique moyen est dépassé au Luxembourg (19,33), en Roumanie (16,5), à Chypre, en Lettonie et en Lituanie.

Répartition des sites malveillants par 1 000 hôtes dans les pays et régions, 4e trimestre 2012 (Source : Microsoft)

Les experts signalent que la Roumanie mène également le classement des infections locales dans l’Union européenne (12 systèmes sur 1 000). Il est intéressant de constater qu’à Chypre, la différence entre les niveaux de risques réseau et locaux est bien plus marquée (15,72 et 5,4 respectivement). L’écart est encore plus grand au Luxembourg (19,33 et 2,2). L’indice du Luxembourg pour les menaces réseau a doublé en un trimestre.

D’après les données de Microsoft, les attaques par téléchargement à la dérobée sont désormais la première menace pour les entreprises. Selon les données du moteur de recherche Bing, les sites d’attaque par téléchargement à la dérobée et les sites malveillants sont répartis dans le monde entier. La concentration la plus élevée de sites d’attaque par téléchargement à la dérobée s’observe en Azerbaïdjan (3,9 URL sur 1 000), en Syrie (3,8) et en Ouzbékistan (3,2). S’agissant de l’Union européenne, la moitié de ses membres affichent des indices supérieurs au niveau mondial (0,3). Nous retrouvons dans cette catégorie Chypre (1,87) et la Lettonie (1,52). Les résultats de la Hongrie, de l’Allemagne et du Luxembourg (de 1,34 à 1,08) sont également élevés. Par contre, à l’instar de ce qui s’observe au Luxembourg, le niveau des infections locales en Allemagne est trois fois inférieur à la moyenne statistique. 

Pages d’attaque par téléchargement à la dérobée indexées par Bing à la fin du 4e trimestre 2012 sur 1 000 URL dans chaque pays/région (Source : Microsoft)

Comme le montre la dernière carte des « points chauds », les auteurs d’attaques de phishing sont relativement cosmopolites : ils placent leurs sites chez des hébergeurs gratuits, sur des serveurs compromis et dans bien d’autres lieux. Pour la période allant d’octobre à décembre 2012, l’indice moyen mondial pour le phishing (5,1 sites sur 1 000) a été dépassé dans de nombreux pays d’Europe occidentale. Le Top 5 de cette catégorie pour l’Union européenne reprend Chypre (15,16), la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et la Grande-Bretagne (8,9-6,5 entre entre 2e et la 5e position).

Nombre de sites de phishing pour 1 000 hébergements par pays et par région, 4e trimestre 2012 (source : Microsoft)

http://blogs.technet.com/b/security/archive/2013/05/29/european-union-check-up-malicious-websites-hosted-in-the-eu.aspx

Microsoft a évalué le risque sur Internet en Europe de l’Ouest

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception