Infos

Le réseau de zombies Kelihos diffuse le ransomware Troldesh

Le réseau de zombies Kelihos existe depuis huit ans environ et il a survécu à au moins deux tentatives de mise hors service, en 2011 et 2012.

Tout au long de son existence, il a été exploité pour les raisons les plus diverses, depuis la diffusion de spam jusqu’à la propagation de ransomware comme MarsJoke et Wildfire. Depuis le mois d’août, des individus malintentionnés utilisent ce réseau de zombies pour diffuser des chiffreurs et des malwares bancaires et à un moment donné, la taille de Kelihos a triplé du jour au lendemain. Il a commencé à diffuser des malwares tels que Panda Zeus, Nymain et Kronos, puis il est très vite revenu à la diffusion d’un bon vieux ransomware.

A l’heure actuelle, les chercheurs constatent que Kelihos diffuse du spam malveillant qui contient le chiffreur Troldesh. La victime potentielle doit cliquer sur un lien malveillant qui conduit à un document Word et un JavaScript malveillant. Il s’agit du premier cas d’infection par fichier JavaScript via ce réseau de zombies.

L’ironie de l’histoire est que le malware chiffre les fichiers en ajoutant l’extension .no_more_ransom, qui est le nom d’une initiative bien connue dans le domaine de la lutte contre les ransomwares. Celle-ci a déjà permis à des milliers d’utilisateurs de récupérer leurs fichiers sans verser de rançon.

Troldesh est envoyé à des adresses de la zone .au, ce qui veut dire que la campagne cible principalement l’Australie. Les messages indésirables qui doivent amener les utilisateurs à télécharger le ransomware imitent des notifications de la Bank of America relatives à une prétendue dette et invitent le destinataire à ouvrir le document qui décrit la marche à suivre pour  » résoudre la situation « .

Après que l’utilisateur a téléchargé le ransomware, celui-ci chiffre tous les fichiers et affiche la demande de rançon (en russe et en anglais). La communication avec les individus malintentionnés s’opère via une adresse Gmail. Les instructions expliquent également comment télécharger le navigateur Tor et accéder aux sites .onion.

Troldesh est capable également de télécharger un autre malware sur l’ordinateur infecté, par exemple le malware Pony spécialisé dans le vol d’informations.

Fonte: Threatpost

Le réseau de zombies Kelihos diffuse le ransomware Troldesh

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception