Infos

Joomla elimine une vulnerabilite critique d’injection SQL

Le cadre de gestion de contenu open source Joomla a diffusé la version 3.2.3 de son produit la semaine dernière et a éliminé une vulnérabilité 0jour d’injection SQL qui aurait permis à des attaquants de voler des informations dans des bases de données ou d’introduire un code dans des sites qui utilisaient le système de gestion du contenu.

Bien que Joomla a été très avare en informations, un avis de sécurité publié sur son site signalait que le problème était très grave et concernait les versions 3.1.0 à 3.2.2 du système de gestion du contenu avant la diffusion du correctif jeudi.

D’après des chercheurs de la société Sucuri spécialisée en sécurité, la vulnérabilité d’injection SQL pourrait être liée à un code d’exploitation découvert le mois dernier et qui impliquait l’id weblinks-categories. D’après Daniel Cid, directeur technique de Sucuri, le code d’exploitation semble « ne pas s’être échappé correctement ». Daniel Cid poursuit en faisant référence à la description de exploit-db.com en écrivant que la vulnérabilité « semble très facile à exploiter ».

Une autre description de la vulnérabilité, chez scip VulDB, affirme que le problème est non seulement simple à exploiter, mais qu’il peut également être déclenché à distance et sans authentification.

« Ce problème affecte une fonction inconnue du fichier /index.php/weblinks-categories. La manipulation de l’argument id avec la valeur d’entrée 0%20%29%20union%20select%20password%20from%20%60k59cv_users%60%20–%20%29 donne une vulnérabilité d’injection sql. La confidentialité, l’intégrité et la disponibilité sont touchées » peut on lire dans une partie de la synthèse de la vulnérabilité.

Dans l’annonce de la sortie de la version 3.2.3, l’équipe dirigeante des produits de Joomla rappelle que son objectif est de fournir des mises à jour de Joomla « régulières et fréquentes ».

Le fait que le problème ait été résolu après plus d’un mois a toutefois surpris Daniel Cid.

« Ce qui nous a vraiment choqué, c’est qu’il aura fallu près d’un mois à Joomla pour publier le correctif’ a déclaré Daniel Cid hier à PCWorld.

La mise à jour de Joomla, que les utilisateurs sont invités à appliquer le plus vite possible, élimine également deux vulnérabilités de gravité moyenne XXS qui proviennent également d’un « échappement inadéquat » avec un problème de réservation inadaptée qui autorisait des ouvertures de session non autorisées via le module de connexion Gmail de Joomla.

La dernière fois où Joomla avait été obligée de diffuser un correctif pour une vulnérabilité 0jour remonte au mois d’août après que des attaques avaient été repérées lorsqu’elles abusaient de sites qui utilisaient Joomla ou WordPress : elles les détournaient et redirigaient les visiteurs vers le kit d’exploitation Blackhole.

Au moment de la découverte de la vulnérabilité, la société spécialisée en sécurité Versafe avait indiqué que 57 % des attaques observées cette année provenaient de sites hébergés dans un système de gestion du contenu Joomla.

Joomla elimine une vulnerabilite critique d’injection SQL

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception