Etude sur le Wardriving à Santiago au Chili

Internet et Wi-Fi : le Chili devance les autres pays d’Amérique latine

Du 06 au 11 octobre, les experts de Kaspersky Lab ont mené une étude sur le niveau de sécurité des réseaux Wi-Fi à Santiago, capitale du Chili. Notre choix s’est porté sur ce pays car il a une bonne longueur d’avance en ce qui concerne Internet par rapport à tous les autres pays d’Amérique latine :


 

Source internetworldstats.com au 30 juin 2008

A en juger par cet histogramme, un chilien sur deux possède une connexion à Internet. Par ailleurs, ce pays présente des atouts certains tels qu’une économie développée et un taux élevé d’utilisation d’appareils électroniques dans de nombreux domaines de la vie quotidienne. Sur ces points, le Chili devance des pays tels que l’Argentine, le Brésil et le Mexique.

Au cours de notre collecte de données, nous sommes allés dans le cœur économique de la ville – le quartier d’affaires, les sociétés les plus importantes de la région et le secteur touristique du centre ville. En tout, nous avons détecté pas moins de 1700 réseaux que nous avons par la suite analysés. Notre intérêt s’est porté sur les réseaux prenant en charge les protocoles 802.11 a/b/g.

Voyons pour commencer la répartition des canaux de fréquence parmi les réseaux Wi-Fi présents à Santiago.

La grande majorité des réseaux fonctionne sur les canaux 11 et 6. Ceci n’est pas une surprise puisque ces canaux sont souvent indiqués par défaut dans les paramètres du matériel des points d’accès :


 

Le 5ème canal est le moins usité, ce canal est donc à privilégier si vous habitez Santiago et souhaitez mettre en place votre propre réseau Wi-Fi.

En ce qui concerne les fabricants et éditeurs de matériels les plus fréquents, Santiago n’affiche pas de leader attitré. Dans le trio de tête, on recense D-link, Cisco et Asustek qui se partagent environ 50% du marché :


 

Il est probable qu’avec le temps, la situation change au profit d’un des éditeurs de matériels listés ci-dessus.

Concernant les SSID ou les noms de réseaux, on remarque la chose suivante :


 

77% des réseaux fonctionnent en mode SSID avec l’identifiant réseau accessible à tous les utilisateurs qui se trouvent dans le périmètre d’émission du point d’accès. Seulement 23% des réseaux masquent leurs noms. Cette pratique est adoptée pour améliorer la sécurité des réseaux mais ne peut assurer à elle seule la sécurité globale du réseau.

Pour ce qui est de la sécurité des réseaux via les protocoles de chiffrement, on observe ceci :


 

16% des réseaux fonctionnent sans aucun protocole de chiffrement, autrement dit, ils sont ouverts au public. Les administrateurs de ce type de réseau, en guise de mesure de sécurité, mettent parfois en place un filtrage en fonction des adresses MAC. Néanmoins, ce mécanisme n’est pas sans danger puisque les adresses MAC sont transmises publiquement par le réseau et sans chiffrement. N’importe quel cybercriminel, à l’aide d’un « sniffeur » (analyseur réseau) peut obtenir les vraies adresses MAC des utilisateurs déjà connectés au réseau, et par la suite, en s’enregistrant via l’une de ses adresses, obtenir l’accès au réseau.

61% des réseaux utilisent le chiffrement WEP. Ce protocole de chiffrement des réseaux Wi-Fi est connu pour être vulnérable. En effet, il permet au cyber-malfaiteur, au moyen d’attaques spécifiques, de récupérer la clé d’accès au réseau. Soulignons toutefois qu’en comparaison avec les autres villes d’Amérique latine (Caracas, Monterrey et Sao Paulo) où nous avons également effectué des recherches, Santiago est la ville qui possède le moins de réseaux ouverts.

Seulement 23% de tous les réseaux utilisent le chiffrement WPA. Or on peut considérer ce dernier comme le meilleur garant de la sécurité, aussi bien pour les réseaux en eux-mêmes que pour les utilisateurs.

Conclusion

Compte tenu de la forte présence d’Internet au Chili, nombreux sont les utilisateurs qui préfèrent passer aux réseaux Wi-Fi ce qui explique la forte augmentation du nombre de ces réseaux dans le pays. Toutefois, ces réseaux ne sont pas toujours sans danger. Les cyber-malfaiteurs peuvent les exploiter aussi bien pour la diffusion de codes malicieux et autres cyber-menaces que pour la fraude par Internet (par exemple voler les données personnelles des utilisateurs, comptes d’utilisateurs, mots de passe etc.). Aussi avant toute utilisation d’un réseau Wi-Fi, il est particulièrement recommandé de s’assurer de sa sécurité en particulier si ce réseau est public. Si vous en êtes le propriétaire, alors il est indispensable de prendre des mesures pour le protéger, par exemple utiliser le chiffrement WPA2 et le filtrage par adresses MAC. On peut changer le nom du réseau SSID et le masquer, ainsi que réguler le signal d’émission de l’antenne afin que la zone de couverture se limite à l’espace dans lequel vous prévoyez d’utiliser Internet. Des vérifications régulières des fichiers log sont également très utiles puisqu’ils permettent de surveiller les possibles attaques sur le réseau. L’application de toutes ces mesures aidera à diminuer la probabilité de l’utilisation de votre réseau par une tierce personne y compris les cyber-malfaiteurs.

Posts similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *