Infos

DMARC veille sur les utilisateurs de Twitter

Depuis le mois de février, le service Twitter prend en charge DMARC, un nouveau protocole qui devrait renforcer l’efficacité du processus d’authentification des expéditeurs et accélérer le filtrage du trafic entrant.

Chaque jour, Twitter envoie un volume important de messages à ses clients pour leur annoncer les dernières nouvelles. Toutefois, le nom de ce service de microblog, à l’instar de celui des autres réseaux sociaux adoptés par un grand nombre d’internautes, est souvent victime de spoofing. La diffusion de fausses notifications au nom de Twitter est l’astuce préférée des auteurs d’attaques de phishing qui cherchent à obtenir les données des membres des réseaux sociaux afin de pouvoir dissimuler des diffusions illégitimes.

Le protocole DMARC (Domain-based Message Authentication, Reporting and Conformance) qui permet à l’expéditeur de publier sa stratégie vis-à-vis des messages qui ne passent pas l’authentification a été introduit il y a un an. Au cours de cette période, il a été adopté par les plus grands services de messagerie comme AOL, Gmail, Hotmail, Yahoo, Xs4All aux Pays-Bas, NetEase en Chine et Mail.ru en Russie. A l’heure actuelle, cette technologie protège 80 % des destinataires de messages en Amérique contre le courrier indésirable et près de 60 % des boîtes aux lettres (soit des centaines de millions) à travers le monde. DMARC est pris en charge par 10 des 20 domaines principaux à l’origine d’un volume important de messages, dont Facebook.com et LinkedIn.com Désormais, les utilisateurs de Twitter bénéficient également de cette protection.

Sources :

DMARC veille sur les utilisateurs de Twitter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception