Infos

Condamnation des auteurs du cyber-cambriolage de Barclays

Un tribunal londonien a prononcé des peines d’emprisonnement pour les neuf membres d’une bande qui avait volé plus de 1,25 millions de livres sterling (1,52 millions d’euros) à la banque Barclays après avoir compromis des commutateurs KVM. Les peines vont de 6 mois à 8 ans de prison.

D’après le dossier, le commutateur KVM et le modem avaient été introduits dans la banque par un membre de la bande qui s’était fait passer pour un technicien informatique. Les individus malintentionnés avaient obtenu ainsi un accès à distance non seulement à l’ordinateur associé au périphérique introduit, mais également aux parties du réseau et aux informations accessibles à celui-ci. Les transactions illégales avaient été réalisées à l’aide d’une console située dans un hôtel proche ; les criminels viraient l’argent vers des comptes ouverts par des prête-noms.

Grâce à la plainte déposée rapidement par Barclays, près de la moitié de la somme volée a pu être récupérée. Une tentative de vol similaire avait touché la filiale londonienne de la banque Santander, mais la police était déjà plus vigilante et les voleurs avaient échoué. Les deux banques victimes de ces cyber-cambriolages ont participé activement à l’enquête.

Les prévenus ont été accusés d’entente délictueuse, d’escroquerie et de vol ainsi que de détention d’équipement spécial dans le but de réaliser une escroquerie. Ils ont également été inculpés de l’utilisation illicite de 500 cartes bancaires dont ils avaient obtenu les codes par vol ou par téléphone en se faisant passer pour des employés de la banque. Après avoir vidé les comptes des victimes, les cambrioleurs ont acheté des « rolex », des bijoux de luxe, des appareils électroniques haut de gamme et ont dépensé ainsi plus d’un million de livres sterling (1,2 millions d’euros).

A l’heure actuelle 10 prévenus ont été condamné (l’un d’entre eux a été placé en liberté conditionnelle en octobre de l’année dernière). Quatre autres membres attendent leur jugement qui devrait être prononcé à la mi-juin.

Crime&Justice

Condamnation des auteurs du cyber-cambriolage de Barclays

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception