Infos

Cerber 5.0 est dans la nature

Le chercheur Bryan Campbell a identifié une nouvelle version du malware Cerber dans la nature. Cerber 5.0 se propage via les kits d’exploitation RIG-V qui permettent d’installer le malware à l’insu de l’utilisateur si celui-ci accède à un site Web infecté par une publicité malveillante. Il se peut également que Cerber 5.0 se propage via du spam malveillant, mais à l’heure actuelle, les chercheurs n’ont encore trouvé aucun exemplaire de ce genre de message.

Un peu plus tôt au mois d’octobre, Cerber s’était doté de toute une série de nouvelles fonctions : le malware de blocage sous Windows avait appris à remplacer l’extension des fichiers chiffrés .cerber3 par une suite aléatoire de 4 caractères, à utiliser le format HTA pour les fichiers contenant les demandes de rançon et à ajouter des directives close_process qui permettent de terminer certains processus de la base de données avant le chiffrement.

BloodDolly, chercheur en sécurité de l’information, a signalé d’autres nouveautés dans Cerber 5.0, dont la possibilité pour le chiffreur de sauter 640 octets et non plus 512 pendant le chiffrement. De même, la taille minimale du fichier qui peut être chiffré passe à 2 560 octets (dans la version antérieure, ce seuil était de 1 024 octets). L’envoi des paquets UDP statistiques s’opère désormais via des adresses IP des plages 63.55.11.0/27, 15.93.12.0/27, 194.165.16.0/22

Et comme si cela ne suffisait pas, le chercheur Marcelo Rivero a déjà trouvé un exemplaire de Cerber 5.0.1 dans la nature. Tout semble indiquer que ce n’est pas demain la veille que ce malware cessera d’importuner les utilisateurs.

Fonte: Threatpost

Cerber 5.0 est dans la nature

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception