Bilan de l’opération Pangea V

La nouvelle étape dans la lutte contre la vente non contrôlée de médicaments sur Internet menée dans le cadre de l’opération internationale Pangea s’est soldée sur des résultats jamais vus. 18 000 sites de « pharmacies » clandestines ont été fermés, 79 interpellations ont eu lieu et 3,75 millions de médicaments potentiellement dangereux ont été saisis pour une somme totale de 10,5 millions de dollars.

Le nombre de pays participant s’élevait à 100, contre 81 l’année dernière Des raids ont été menés dans les différents pays entre le 25 septembre et le 2 octobre. Tous les maillons de ce secteur pharmaceutique clandestin ont été touchés : points de vente, systèmes de paiement, fabricants, fournisseurs et, bien sûr, les « partenariats » qui assurent la promotion des médicaments de contre-façon et des remèdes maison par courrier indésirable.

Cette opération conjointe a impliqué des représentants des autorités judiciaires, des douanes et des services de santé publique. Toutes les actions dans le cadre de l’opération Pangea V ont été coordonnées par Interpol avec le soutien de l’Organisation internationale des douanes, du Permanent Forum on International Pharmaceutical Crime (PFIPC), du Heads of Medicines Agencies Working Group of Enforcement Officers (HMA WGEO), ainsi que du Pharmaceutical Security Industry (PSI) et d’Europol. L’opération internationale a également compté sur la participation du Center for Safe Internet Pharmacies (CSIP), créé récemment, et qui regroupe 12 fournisseurs Internet et magasins en ligne important, dont American Express, eNom, GoDaddy, Google, MasterCard, Microsoft, PayPal, Visa et Yahoo. Le CSIP a également créé le site safemedsonline.org qui reprend une liste des pharmacies en ligne non homologuées.

L’opération Pangea a été lancée il y a 5 ans. Chaque automne, ses participants reçoivent de nouvelles informations dont l’analyse permet de limiter l’activité des organisations qui préparent et distribuent des médicaments sans brevet. Ceci étant dit, les auteurs de ces campagnes d’envergure reconnaissent que de telles mesures ne sont qu’une partie de la solution du problème. Il est primordial que les utilisateurs comprennent, de leur côté, les risques liés à l’achat de médicaments sur le marché noir. En général, ces médicaments n’ont aucune efficacité, sont de mauvaise qualité et peuvent provoquer des dommages irréparables à la santé.

Source :
interpol.int

Posts similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *