Infos

Angler masque les codes d’exploitation: analyse de Kaspersky Lab

Les experts de Kaspersky Lab ont réussi à déchiffrer une version du protocole de chiffrement Diffie-Hellman, utilisé par le célèbre kit d’exploitation Angler. D’après les chercheurs, les auteurs du kits d’exploitation utilisent le chiffrement pour compliquer la détection du chargement du code d’exploitation par les pare-feu et pour éviter que le code du code d’exploitation ne tombe trop facilement entre les mains des chercheurs.

Angler télécharge sous forme chiffrée des shellcodes pour les codes d’exploitation de CVE-2015-2419 pour Internet Explorer 11 et de CVE-2014-5560 pour Adobe Flash. Le premier avait été décrit il y a un mois dans le blog de FireEye, tandis que la vulnérabilité CVE-2015-2419 avait été éliminée en juillet de cette année. Le deuxième avait été décrit par le chercheur indépendant Kafeine et la vulnérabilité CVE-2014-5560 avait été éliminée il y a un mois.

Lorsque le code d’exploitation est sollicité depuis le serveur, des clés à usage unique sont échangées et un array chiffré avec un shellcode est chargé dans le navigateur. Le chercheur, qui a intercepté le trafic entre le navigateur de la victime et le serveur, ne parvient pas malgré tout à reproduire l’attaque et à identifier la vulnérabilité. Le shellcode n’est pas renvoyé une deuxième fois car le serveur, après avoir transmis le code d’exploitation, bloque l’adresse IP de l’expéditeur.

Malgré la ruse des auteurs, les chercheurs ont réussi à déchiffrer l’algorithme de chiffrement à l’aide d’une modification de l’algorithme de Pohlig-Hellman (algorithme de résolution du problème du logarithme discret) ainsi que le shellcode.

Source: Securelist

Angler masque les codes d’exploitation: analyse de Kaspersky Lab

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception