Infos

12 ans de prison pour vente de données volées

Un citoyen hollandais de 22 ans a été condamné aux Etats-Unis à 12 ans de prison pour trafic de données de cartes de crédit sur Internet.

D’après les éléments de l’enquête, David Benjamin Schrooten, connu dans les milieux criminels sous le nom de Fortezza, avait mis sur pied avec l’aide d’un complice hacker le site Kurupt.su qui proposait à la vente des numéros de carte de crédit volés. En deux ans, Schrooten a vendu à d’autres escrocs les données de plus de 100 000 cartes de crédit que des hackers lui fournissaient régulièrement. Afin de créer une « entreprise » compétitive, le jeune Hollandais n’hésitait même pas à voler ses « collègues ». Le montant total des dommages liés à son activité s’élève à 63 millions de dollars américains.

Schrooten a été arrêté il y a un an environ en Roumanie d’où il fut extradé vers les Etats-Unis. En novembre, il a plaidé coupable aux accusations de conspiration, de fraude bancaire, de fraude à l’accès aux périphériques, de dommages prémédités à des ordinateurs protégés et de vols de données personnelles avec circonstances aggravantes.

Christopher A. Schroebel, le complice américain de Schrooten, avait été jugé l’été dernier. Il avait été condamné à 7 ans de prison pour attaques systématiques contre des terminaux commerciaux, utilisation de logiciels espion, vol d’informations d’identification bancaire et utilisation illégale de celles-ci. Un troisième individu, Charles Tony Williamson, connu également sous les pseudonymes Guerilla Black, MrBusinessman62 et BlackDollA, sera jugé au printemps. Selon les enquêteurs, il dirigeait un groupe californien d’acheteurs de données volées et était un client régulier de Kurupt.su. L’enquête a établi Williamson était en contact avec Schroebel, qu’il achetait la marchandise « en gros » et la distribuait aux membres du groupe pour qu’ils puissent réaliser des transactions frauduleuses.

Sources :

12 ans de prison pour vente de données volées

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception