Infos

110 000 utilisateurs de Facebook infectés par un malware

Un Trojan est actuellement en circulation sur Facebook, le plus grand des réseaux sociaux. Il a infecté près de 110 000 utilisateurs en deux jours.

Le malware ce propage en publiant des liens vers une vidéo pornographique sur le mur des victimes de l’infection. Jusqu’à présent, ce genre de publication était uniquement adressé aux amis étiquetés de la victime, généralement pas plus d’une vingtaine. Si l’utilisateur clique sur le lien, la lecture de la vidéo commence, avant de s’arrêter subitement. Un message proposant d’installer une mise à jour de Flash Player apparaît alors. Il s’agit en fait d’un Trojan Downloader.

Les résultats de l’étude préliminaire publiés dans la liste de diffusion Full Disclosure par Mohammad Faghani, chercheur en sécurité informatique, indiquent que le malware est capable de simuler les frappes au clavier et les mouvements de la souris. La présence du processus Chrome.exe dans le système est symptomatique de l’infection.

A la différence des Trojans pour Facebook antérieurs, diffusés via des messages privés entre amis, ce malware utilise ici une méthode que Mohammad Faghani a baptisée la "technique de l’aimant". Vu que le malware adresse la publication malveillante à plusieurs utilisateurs, le contenu qu’il publie peut être vu non seulement par les utilisateurs étiquetés, mais également par leurs amis. D’après Mohammad Faghani, cela garantit un rythme d’infection élevé.

L’analyse du malware est toujours en cours et Mohammad Faghani a promis de tout publier sur Full Disclosure.

La fonction de hachage MD5 du faux Flash Player est "cdcc132fad2e819e7ab94e5e564e8968″ et celle de SHA1 est "b836facdde6c866db5ad3f582c86a7f99db09784". Mohammad Faghani a remarqué que le malware télécharge chromium.exe, wget.exe, arsiv.exe et verclsid.exe et qu’il tente également de se connecter aux adresses www[point]filmver[point]com et www[point]pornokan[point]com.

Les experts de chez Facebook ont été prévenus et tente d’interrompre la propagation du malware en bloquant les liens malveillants. Un porte-parole de Facebook a déclaré à Threatpost : "Nous employons différents systèmes automatisés pour découvrir les liens potentiellement indésirables et limiter leur propagation. Nous connaissons ces types de malware qui se font généralement passer pour des extensions de navigateur et qui se propagent via des liens dans les réseaux sociaux. Nous bloquons les liens vers les ressources malveillantes, proposons des alternatives pour le nettoyage des systèmes et adoptons toute une série de mesures pour garantir le confort et la sécurité de l’utilisation de Facebook."

Source :        Threatpost

110 000 utilisateurs de Facebook infectés par un malware

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Rapports

Etude des menaces mobiles en 2016

En 2016, l’augmentation du nombre de trojans publicitaires qui peuvent utiliser les autorisations root s’est maintenue. Sur l’ensemble de l’année, cette menace n’a jamais quitté la tête du classement et rien n’indique que cette tendance va changer pour l’instant.

Spam en 2016

Les flux de spam ont enregistré plusieurs modifications en 2016. La plus marquante d’entre elles a été l’augmentation de la diffusion de ransomwares. Etant donné la disponibilité de ce genre de malware sur le marché noir, il faut s’attendre à ce que cette tendance se maintienne et le volume de spam malveillant va certainement se maintenir en 2017.

Kaspersky Security Bulletin 2016. Rétrospective de l’année. Statistiques globales de l’année 2016

Les tensions et les remous ont été au rendez-vous dans le cyberespace en 2016, depuis les gigantesques réseaux de zombies de l’Internet des objets jusqu’aux campagnes de cyberespionnage ciblées en passant par le vol d’argent, l’hacktivisme et autres pratiques. La rétrospective et les statistiques présentées par Kaspersky Lab fournissent un compte-rendu détaillé. La synthèse, quant à elle, est accessible ici.

Kaspersky Security Bulletin 2016. La révolution du ransomware

De janvier à septembre 2016, les attaques de ransomwares contre des entreprises ont triplé, avec une attaque toutes les 40 secondes. Vu l’explosion des activités du secteur du ransomware en tant que service et le lancement du project NoMoreRansom, Kaspersky Lab a désigné le ransomware comme problématique clé en 2016.

Abonnez-vous à nos emails hebdomadaires

La recherche la plus excitante dans votre boîte de réception